AAC colloque « La contagion créative » (17-19 octobre 2018) Athènes

Le quatrième colloque organisé par le réseau CREA2S s’intitule
« La contagion créative.
Médias, industries, récits, communautés »
et se tiendra à l’Université de Panteion, à Athènes (Grèce), du 17 au 19 octobre 2018. Il s’inscrit dans la continuité des réflexions menées depuis plusieurs années sur la thématique des injonctions à la créativité, dès lors qu’elles ne sont plus réservées aux industries culturelles et aux industries créatives, mais contaminent de plus en plus d’autres secteurs traditionnels.

A l’instar des travaux d’anthropologie cognitive qui considèrent que le cerveau serait prédisposé à accueillir certaines idées plus que d’autres, et faciliter ainsi leur contagion (Sperber, 1996), il semblerait que nos institutions soient bien prédisposées à s’approprier l’idée de créativité. En effet, cette référence créative est devenue depuis la fin des années 1990 l’un des maîtres mots des politiques publiques et des stratégies des entreprises, et ne cesse de se propager. Cependant, ses modalités de mise en œuvre restent souvent confuses et équivoques.

Toute proposition de communication devra être envoyée au plus tard le 7 mai le 20 mai 2018 à vovou@panteion.gr et anne-france.kogan@univ-rennes2.fr

 

Cinq axes sont proposés, à titre indicatif, afin d’interroger la problématique du colloque.

1/ Les discours sur la créativité
Il s’agit dans cet axe de se pencher sur la (les) rhétorique(s) de la créativité. Le fait de dire la créativité, la nommer, la solliciter, s’accompagne-t-il d’une esthétique particulière, d’une production d’imaginaires ? Parler de contagion créative, c’est faire l’hypothèse de la circulation de cette notion et de ses valeurs dans différents espaces publics. Quels sont les espaces médiatiques où se trouvent ces discours ? Comment sont-ils construits ? Pour qui ? Comment se propagent-ils ? A quels univers ces injonctions à la créativité sont-elles associées ? Par exemple, l’émergence d’une culture créative en période de crise (économique, sociale, politique ou écologique) se présenterait comme une opportunité à se projeter. Qu’en est-il? Mobilise-t-on la créativité de la même manière dans les différents secteurs ? Peut-on comparer le « Ici pour créer » d’Adidas à la créativité mobilisée par Sony pour sa gamme d’objectifs (d’appareil photographique) quand « Sony met la créativité entre vos main », ou encore à celle mobilisée par les collectivités territoriales pour promouvoir un « quartier de la création » ?

2/ Le statut et la figure du « créatif »
Les aptitudes et compétences créatives (authenticité, originalité, liberté, improvisation, imagination) jusque là réservées aux artistes, sont désormais associées à des professionnels de secteurs d’activités bien différents : communicants, architectes, cadres d’entreprise, chercheurs R&D, journalistes, informaticiens ; etc. La « gestion des talents » en entreprise, technique RH en vogue, rappelle fortement la cotation des talents dans le domaine artistique. D’autre part, les nouvelles modalités d’organisation du travail via des plateformes et applications numériques, en appellent à la mobilisation d’un « usager créatif » : qu’attend-t-on de lui ? Est-il consommateur, client, salarié ou auteur ? Comment l’acte même de consommer, de faire usage des services et/ou produits se revêt-il d’une dimension créative ?

3/ Mise en scène du travail et marketing créatif
La création de contenus originaux et interactifs (vidéos, tutoriels, blogs, web-séries, etc.) transforme en profondeur la manière de communiquer des entreprises. En effet, les exigences des consommateurs conduisent à revoir les stratégies de marketing pour se différencier, reconstruire de la confiance, capter l’attention, etc. Qu’il s’agisse de la construction de récits (storytelling), de marque (brand content), et plus récemment du marketing entrant (inbound marketing) (Oliveri et al. 2017). A cet égard, il s’agit de créer/produire des contenus médiatiques qui informent sur les produits et leurs usages dans le but de capter le consommateur.

Tous ces outils marketing sont repris dans les pratiques managériales. Comme on peut le constater dans la « starisation » de plus en plus fréquente de certains salariés (les designers d’Ikéa), et surtout des chefs d’entreprise. Mais aussi l’usage du web social par les organisations apparaît comme une opportunité majeure pour l’établissement de nouvelles formes de liens avec les consommateurs, et conduit à un impératif de valorisation de l’entreprise qui se propage à l’ensemble du personnel (Jammet, 2017). La valorisation et la mise en scène des produits et des organisations font appel à des modalités de créativité qui méritent d’être questionnées dans une perspective critique.

4/ Pluralité des médiations et créativité
La diffusion continue du numérique conduit à proposer de nouvelles modalités d’interaction et de supports médiatiques inédits. Les acteurs concernés, ne sont plus les seuls professionnels des médias mais tous ceux dont l’activité consiste à produire, traduire et diffuser des représentations, des savoirs, etc. Si les outils et les formes de ces médiations évoluent et se multiplient, l’activité de médiation suit le même mouvement. Ainsi, la créativité est largement sollicitée pour élaborer de nouvelles façons de capter l’attention, voire de valoriser cette attention (Citton, 2014). Elle est également revendiquée pour concevoir des nouveaux services via les plateformes d’intermédiation par exemple, ou encore, pour mettre en forme toutes les métriques et données produites par les traces laissées sur les espaces numériques (narration des données).

Comment les activités et les métiers évoluent-ils dans le champ médiatique traditionnel ? Au-delà, quels sont ces nouveaux acteurs qui investissent ces activités médiatiques pour exister dans ce nouvel espace public numérique. Que font-ils ? Peut-on confirmer l’hypothèse d’interactions qui deviennent toujours plus complexes entre anciens et nouveaux médias ?

5/ Créativité, récits et médias
Le développement graduel d’une culture transmédiatique auprès du public interroge les articulations entre récit factuel, réel, vérité, jeu. Quelles articulations pourrait-on observer et conceptualiser entre narration intermédiale du monde et promesse d’authenticité ? Cependant, le brouillage des frontières entre vérité/fiction/imaginaire (Iser, 1993) a toujours existé. L’injonction à la participation, permettrait-elle plutôt d’effacer les frontières entre producteurs et usagers, au profit d’une vision plus contestée et plus ludique du monde ? Comment sont produits les multiples niveaux de création de sens du storytelling transmédia synergétique (Jenkins, 2006) sur des plateformes médiatiques variées ?

L’ampleur des pratiques intermédiales quotidiennes font que, le monde « tel qu’il est », est inextricablement lié au monde médiatique, ne formant qu’une sphère à plusieurs couches poreuses d’intelligibilité et ceci pour tout genre médiatique : authentique, ludique ou fictif. Quels nouveaux enjeux d’intelligibilité du monde qui nous entoure apparaissent-ils en rapport avec une création narrative employant les technologies numériques ?

Les propositions de communication feront l’objet d’une évaluation en « double aveugle » par les membres du comité scientifique. Elles devront être rédigées en français ou en anglais et comporteront les éléments suivants :

Première page :
– titre de la communication
– résumé (15 lignes maximum) en format Times New Roman, caractère 12, interligne simple
– 5 mots-clés
– nom et prénom du/des auteur(s), institution de rattachement, numéro de téléphone, courrier électronique

Pages suivantes (anonymes) :
– le texte de la proposition (hors bibliographie) doit comporter entre 6000 et 8000 signes, espaces compris, en Times New Roman, caractère 12, interligne simple. Y seront clairement exposés : le sujet de la proposition et son adéquation avec la thématique du colloque, la problématique, les cadres théorique et méthodologique, le terrain et les principaux résultats de l’analyse
– une bibliographie

Calendrier :

Date limite de réception des propositions de communication 20 mai 2018
Décision du comité scientifique et retour aux auteurs 30 juin 2018
Programme définitif du colloque septembre 2018
Tenue du colloque 17-19 octobre 2018

Responsables scientifiques :

Ioanna VOVOU, CEISME, Université Panteion, Athènes
Yanita ANDONOVA, LabSIC, Université Paris 13
Anne-France KOGAN, PREFIcs, Université Rennes 2

Comité d’organisation :

Marie-France CHAMBAT- Houillon, CEISME, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle
Matina PEPPA, Université Panteion, Athènes (Grèce)
Yannis SCARPELOS, Université Panteion (Grèce)
Ioanna VOVOU, CEISME, Université Panteion, Athènes (Grèce)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.